La BFH prépare le secteur solaire de l’avenir

08.06.2018 L’industrie de l’énergie solaire doit devenir plus durable. Dans le cadre d’un projet de recherche de l’UE, le Centre BFH Stockage d'énergie et la Haute école spécialisée bernoise développe, avec des partenaires européens, des modèles d’entreprise améliorant l’efficacité des ressources du secteur solaire.

Le photovoltaïque (PV), la conversion du rayonnement solaire en énergie électrique, prend de plus en plus d’importance et couvre déjà quatre pour cent des besoins énergétiques de l’Europe. L’énergie respectueuse de l’environnement rencontre toutefois un problème: de plus en plus de composants d’installations solaires qui ont fait leur temps finissent aux ordures. Une pollution de l’environnement et le gaspillage des ressources y sont associés. Pour le secteur solaire, ces deux facteurs représentent un problème économique et d’image croissant.

Modèles circulaires durables

En collaboration avec des partenaires académiques et industriels européens, la Haute écoles spécialisée bernoise cherche actuellement des moyens pour optimiser le bilan écologique et économique du secteur de l’énergie solaire. L’Union européenne soutient le projet appelé CIRCUSOL dans le cadre des programmes de recherche «Horizon 2020». CIRCUSOL se concentre sur le développement de solutions d’entreprises, basées sur l’économie circulaire pour l’industrie des modules de batterie et solaires. Ces modèles d’entreprise encouragent à prolonger la durée de vie des produits – exemple: le fabricant ne vend pas seulement des modules solaires, mais les gèrent tout au long du cycle de leur vie jusqu’au recyclage. Il a donc tout intérêt à prolonger la durée de vie du produit et à faciliter le recyclage des matières premières. Avec ce modèle, les utilisateurs finaux ne s’offrent plus un module solaire, mais achètent la prestation souhaitée (électricité) à une société de service.

Innovations techniques…

Afin de promouvoir de tels modèles durables de l’économie circulaire, les partenaires européens du projet CIRCUSOL veulent aborder différents points. Il faut par exemple développer des modules PV plus facilement réparables et recyclables que les modules actuellement disponibles sur le marché. Il faut également chercher de nouvelles approches en matière de systèmes de stockage d’énergie. Il s’agit par exemple d’améliorer la technologie de remise en état des batteries défectueuses. Les chercheurs voient également un grand potentiel dans une utilisation plus efficace des ressources des batteries usagées des véhicules électriques. Au lieu de les éliminer comme c’est le cas aujourd’hui, quand elles ont perdu 20 ou 30 pour cent de leur capacité de stockage, ces batteries pourraient encore être utilisées pendant des années – par exemple comme accumulateurs d’énergie stationnaires dans les maisons d’habitation.

… et savoir-faire des ingénieur-e-s de gestion

Les partenaires de recherche veulent découvrir ce que l’utilisation de ces technologies innovantes avec les modules PV et les batteries représente pour les fabricants et les recycleurs. «Ces quatre prochaines années, la Haute école spécialisée bernoise sera active dans différents domaines de CIRCUSOL», déclare le Dr Stefan Grösser, professeur de management stratégique et organisation à la BFH. «Nous allons par exemple construire des banques de données, élaborer des analyses d’écosystèmes et participer à des projets pilotes du partenaire BKW dans le canton de Berne.» Les étudiant-e-s pourraient également profiter de CIRCUSOL en traitant certains aspects dans le cadre de travaux de projet. Pour Stefan Grösser la position de la BFH à l’interface de la technique, de la gestion d’entreprise et de l’informatique est idéale: «Ce sont précisément les tâches auxquelles nous préparons nos ingénieur-e-s de gestion.»

CIRCUSOL | Int. Forschungsprojekt

En savoir plus

Domaine: Ingénierie + technique
Rubrique: Recherche