L’électrotechnique – Le «polyvalent» de la technologie du futur

28.05.2019 À quoi sert une cage de Faraday? Quel est le symbole de la conductivité électrique? À quelle unité Volta donna-t-il son nom? Si ce genre de question vous embarrasse, vous n’êtes pas titulaire d’un diplôme d’électrotechnique ou d’informatique! Non, ce n’est pas un reproche, mais ces disciplines font aujourd’hui partie de notre univers numérique. Les objets «intelligents» sont souvent les outils des ingénieur(e)s électriciens.

Elektrotechnik-Praktikum

On pourrait presque dire que tout a débuté au Ier siècle ap. J.-C., avec Héron d’Alexandrie, l’un des inventeurs les plus créatifs de l’Antiquité. Ce mathématicien et ingénieur de génie a mis au point le premier prototype de machine à vapeur et approvisionné les prêtres en eau bénite sortant du premier distributeur automatique. Il créa un mécanisme pour l’ouverture automatique mystérieuse de puissantes portes d’un temple et construisit une machine à oracles où des moineaux en fer répondaient aux questions par leur gazouillis ou en tenant leur bec ouvert… uniquement après rémunération, bien entendu!

L’électrotechnique, c’est l’alpha et l’oméga

Basée sur les mathématiques et les sciences naturelles, associée à une électronique souple et programmable, ainsi qu’à une informatique technique, l’électrotechnique classique est aujourd’hui une technologie majeure, comme le confirme le professeur Max Felser, chef du département Électrotechnique et Informatique de la Haute école spécialisée bernoise, à Berthoud: «On la trouve partout! Qu’elle soit couplée aux télécommunications dans les plus petits ordinateurs, associée à des systèmes énergétiques électriques alternatifs et à la mobilité, ainsi qu’à l’automatisation intelligente de machines et d’installations dans les domaines d’application les plus divers, elle marque aujourd’hui la société de son empreinte.» Un «Bachelor of Science» dans ce domaine apporte les connaissances de base nécessaires, permettant à leurs titulaires de relever les défis de la vie professionnelle. Ils pourront ainsi répondre dans toutes les situations, aux sujets les plus actuels, comme l’industrie 4.0, les voitures autonomes, l’électromobilité, les drones, l’énergie photovoltaïque, l’Internet des objets, les énergies renouvelables, ainsi qu’à leurs applications. Leur créativité ne connaîtra plus de limite, car ils érigeront des systèmes à partir de zéro, développeront et dimensionneront des produits et des installations, les expérimenteront au moyen de simulations et de tests. Dans la production, ils concevront, réaliseront et surveilleront équipements et machines. Grâce à des procédés concertés, ils prendront les mesures nécessaires pour que la mise en service et la maintenance se déroulent sans accroc. Selon le niveau de leur formation, ils associeront ingénieusement le marketing, le conseil, la vente et la formation concernant les produits et installations. Dominic Loosli, titulaire d’un diplôme de Bachelor, l’explique avec précision: «Ce cursus aborde les relations complexes entre les mathématiques, la physique et la chimie, ainsi que la conception et la gestion de projet en électrotechnique. Avec les réseaux de portes programmables in situ (FPGA), les unités de contrôle maître (MCU), les automates programmables industriels (API), ainsi que les circuits analogiques, nous développons et réalisons d’intéressants projets interdisciplinaires, dans lesquels nous appliquons, de manière autonome, ce que nous avons appris.»

En savoir plus

Domaine: Ingénierie + technique