Rétrospective: 43e Face to Face Meeting / Contrôle du risque à l’exportation 2019

18.04.2019 Au 43e Face to Face Meeting, des experts se sont exprimés sur les risques et les mesures de couverture des entreprises exportatrices suisses. Ils ont clairement démontré les dangers contre lesquels les entreprises doivent s’armer. Les risques les plus préoccupants sont les risques monétaires et conjoncturels ainsi que les conflits politiques tels que le Brexit ou le différend commercial entre les USA et la Chine.

Une cinquantaine de représentants de l'industrie, de l'économie et de la formation se sont réunis le 11 avril 2019 au Switzerland Innovation Park Biel/Bienne à l’occasion du 43e Face to Face Meeting. Quatre experts ont parlé des risques et des mesures de couverture des entreprises exportatrices suisses. Les résultats de l'enquête du contrôle du risque à l’exportation 2019, que la BFH a menée pour la cinquième fois déjà en collaboration avec la compagnie d'assurance-crédit Euler Hermes, ont servi de base. 

Le Face to Face a été introduit au niveau régional: Cédric Müller, membre du comité de l’Union du commerce et de l’industrie Bienne-Seeland et directeur de la clientèle Entreprise Crédit Suisse Biel/Bienne, a relevé qu’avec ses nombreuses entreprises exportatrices, le Seeland était particulièrement concerné par les risques à l’exportation. Bien que les PME soient actuellement confiantes, les menaces géopolitiques, telles que le problème du Brexit et le différend commercial entre les USA et la Chine les préoccupent de plus en plus.


Dans son intervention, le Dr Paul Ammann, responsable du groupe de recherche International Management BFH, a dévoilé les résultats du sondage Contrôle du risque à l’exportation 2019. Pour la première fois cette année l’indice SRX du Swiss Export Risk a été présenté. Il montre comment les risques abordés dans l’enquête affectent les entreprises. Le risque de change reste le plus important et de manière générale l’humeur peut être qualifiée de moins positive qu’il y a un an. Il a également mentionné que les grandes entreprises s’assuraient de manière plus proactive contre les risques que les petites.


Mark Schulz, Directeur Risk, Claims & Collection chez Euler Hermes Suisse, s’est concentré sur trois risques majeurs: le risque conjoncturel, les risques politiques et le risque ducroire. Il a souligné que l’impact négatif de la guerre commerciale permanente entre les USA et la Chine frappera davantage l’UE que les deux pays impliqués.


Et pour terminer un exemple pratique: Reto Leuenberger, Chief Financial Officer chez Brugg Cables, a expliqué que le risque de change était pour lui le plus important, suivi par le risque ducroire. À l’aide de deux exemples il a finalement illustré comment l’entreprise elle-même a été victime de cyber-attaques et du risque de sécurité juridique insuffisante.


Les présentations captivantes ont été suivies d’une discussion animée qui s’est poursuivie individuellement pendant l’apéro.

En savoir plus

Domaine: Économie + gestion
Rubrique: Prestations pour tiers, Institute for ICT-Based Management ICTM