CIRCUSOL Les modèles de gestion circulaires pour la l'industrie de l'énergie solaire

Dans le cadre du projet CIRCUSOL, qui s’inscrit dans le programme EU-H2020, la BFH développe, en collaboration avec des partenaires européens, des modèles commerciaux circulaires pour l’industrie solaire. Une approche innovante dans l’utilisation des ressources doit permettre à ce secteur d’être plus compétitif et plus durable.

Fiche signalétique

  • Département responsable Technique et informatique
  • Institut ICT-Based Management
  • Unité de recherche Strategy, Technology, and Innovation Management
  • Durée (prévue) 01.01.2018 - 31.12.2022
  • Responsable du projet Prof. Dr. Stefan Grösser
  • Direction du projet Prof. Dr. Stefan Grösser
  • Équipe du projet Dr. Maria Franco Mosquera
    Tim Luginbühl
  • Partenaire Lund University
    Haute école spécialisée bernoise
    VITO (Flemish Institute for Technological Research)
    IMEC (Interuniversitair micro-electronica centrum)
    Solitek
    SNAM (Société Nouvelle d'Affinage des Metaux)
    CEA (Commissariat a l'Energie Atomique et aux Energies Alternatives)
    Ecopower
    PV cycle
    BKW AG (Bernische Kraftwerke AG)
    Futech
    Daidalos Peutz
    ZABALA Innovation Consulting
    Loser Chemie
    Suncrafter
    Euresearch.ch
  • Mots-clés Panneaux solaires, Economie circulaire, Horizon 2020

Situation de départ

L’exploitation de l’énergie solaire photovoltaïque (PV) progresse constamment ; à l’échelle de l’Europe, elle couvre déjà 4 % des besoins en électricité. Cette source d’énergie est certes écologique, mais il reste un sérieux point noir : un nombre grandissant de composants usés provenant d’installations solaires se retrouve aux ordures. Cette situation, qui porte atteinte à l’environnement et constitue un gaspillage de ressources, est à l’origine d’un problème économique et d’un déficit d’image de l’industrie solaire.

Objectifs

Dans le cadre des programmes de recherche « Horizon 2020 » de l’Union européenne, le projet CIRCUSOL tente de répondre à la question suivante : Comment l’industrie des énergies solaires peut-elle améliorer l’efficacité de ses ressources afin de contribuer davantage à un avenir énergétique respectueux du climat ? Ce projet réunit des entreprises du secteur de l’énergie ainsi que des centres académiques de Belgique, de France, d’Allemagne, de Lituanie, d’Espagne, de Suisse et de Suède.

L’objectif principal de CIRCUSOL est d’apporter à l’industrie solaire des solutions fondées sur le principe d’économie circulaire. Ce modèle économique implique que le propriétaire d’un produit génère son chiffre d’affaires avec les performances ou les fonctionnalités accomplies par son produit tout au long de son cycle de vie. Son rôle ne se limite donc pas à la production et la vente du produit, mais à sa gestion de la chaine de production au recyclage. Il a dès lors tout intérêt à prolonger la durée de vie du produit et à faciliter la réutilisation des matières premières.

Procédure

Afin de promouvoir des modèles durables d’économie circulaire, les partenaires européens du projet CIRCUSOL entendent s’attaquer au problème sous divers angles. Il s’agit notamment de développer des modules PV plus simples à réparer et à recycler que les éléments actuellement disponibles sur le marché. L’identification de nouvelles approches dans le stockage d’énergie – par exemple l’amélioration des technologies de restauration de batteries défectueuses – fait également partie des axes de recherche. Les chercheurs voient, en particulier, un potentiel considérable d’utilisation plus efficace des ressources s’agissant des batteries usagées des véhicules électriques.

La BFH est impliquée dans divers aspects du projet CIRCUSOL. Elle met au point des bases de données, réalise des analyses d’écosystèmes et participe à des projets pilotes menés par les Forces motrices bernoises (BKW) dans le canton de Berne. Les étudiants tirent eux aussi parti de CIRCUSOL en consacrant des travaux à des facettes spécifiques de ce projet.