Processus intelligents dans les aéroports

27.04.2021 La startup Handprint a démarré autour d’une idée : un distributeur de désinfectant intelligent pour aéroports. Pour le développement et la fabrication du prototype, Handprint a bénéficié du soutien de l’Institut des systèmes industriels intelligents I3S de la Haute école spécialisée bernoise BFH. Le développement du prototype se poursuit désormais avec un objectif : améliorer la gestion des flux de passagers dans les aéroports.

Les règles d’hygiène édictées dans le secteur de l’aviation pour lutter contre la pandémie de coronavirus ont insufflé à Dominique Henri, de la startup Handprint, l’idée de développer un appareil de désinfection « tout-en-un ». Outre la désinfection des mains, cet appareil intelligent devrait donner des renseignements aux voyageurs et voyageuses qui l’utilisent.

Pour la fabrication du prototype, Dominique Henri s’est adressé à l’Institut des systèmes industriels intelligents I3S de la Haute école spécialisée bernoise BFH. En l’espace de trois mois, l’équipe dirigée par le professeur Axel Fuerst, responsable du groupe de recherche de l’I3S, a conçu et fabriqué le prototype d’un appareil de désinfection intelligent. Outre l’aspect « hygiène des mains », le système doté de capteurs à ultrasons peut enregistrer les personnes qui se trouvent dans son voisinage et les saluer en bonne et due forme. Capable de numériser les billets d’avion, il peut ainsi donner aux voyageurs et voyageuses des informations sur leur vol, le chemin d’accès à leur zone de départ ou les temps d’attente actuels. Lorsqu’il n’est pas utilisé, l’appareil diffuse des spots publicitaires et sert d’espace média numérique additionnel pour les exploitants de l’aéroport.

Depuis la création du prototype, l’idée initiale de Handprint a été affinée et Smart Sanitizer est devenu SmartAir. Avec cet appareil, Handiprint souhaite renforcer l’efficacité opérationnelle dans les aéroports et améliorer les flux de passagers en limitant les congestions. Conçu comme un centre d’information interactif géré à l’aide de l’intelligence artificielle, le dispositif a pour ambition d’éviter les retards et de réduire les temps d’attente. En outre, une solution SmartAir dans le cloud doit permettre aux exploitants des aéroports de rationaliser leurs processus, de l’achat des billets d’avion en ligne à la réservation de créneaux horaires pour les contrôles de sécurité. Le développement de Smart-Air dans des secteurs comme le développement de logiciels hightech, l’analyse des données et l’Internet des objets pourrait, lui aussi, bénéficier de l’expertise de la BFH. Une collaboration future entre Handprint et l’Institute for Data Applications and Security IDAS fait actuellement l’objet de discussions.

En savoir plus