Pinoy Tannin: développement d’une stratégie durable d’extraction des tanins aux Philippines

Le projet Pinoy Tannin avait pour objectif de poser les bases scientifiques, technologiques, sociales et économiques nécessaires à la mise en place d’une chaine de valeur durable et écologique pour l’extraction des tanins aux Philippines, et de fournir ainsi aux communautés locales de nouvelles sources de revenus. Le projet, qui s’est achevé en 2022, aura duré quatre ans.

Fiche signalétique

  • Département(s) responsable(s) Architecture, bois et génie civil
  • Institut Institut des matériaux et de la technologie du bois
    HAFL Institut Hugo P. Cecchini
  • Unité de recherche Émissions des matériaux
  • Organisation d'encouragement r4d – Swiss Programme for Research on Global Issues for Development
  • Durée (prévue) 01.06.2018 - 31.12.2022
  • Responsable du projet Dr. Frédéric Pichelin
  • Direction du projet Dr. Sauro Bianchi
  • Équipe du projet Dr. Mélanie Feurer
    Prof. Dr. Jürgen Blaser
    Prof. Dr. Deane Harder
  • Partenaire Juboken Enterprise Inc.
    Non-Timber Forest Product – Exchange Programme
    Berner Fachhochschule (drei Departemente)
    Visayas State University, College of Agriculture and Food Science
    Philippine Coconut Authority, Non-Food Products Development Division
    Forest Products Research and Development Institute
  • Mots-clés tanin, colles à bois, écorce, noix de coco, contreplaqué

Situation de départ

Aux Philippines, environ 25 millions de personnes vivent sur les hauts plateaux; leur subsistance et leur mode de vie coutumier sont marqués par une forte dépendance à l’égard de la forêt. Toutefois, les revenus que les familles tirent du commerce conventionnel du bois et des récoltes sont limités. Au sein de ces communautés, nombreuses sont les familles vivant en dessous du seuil de pauvreté, ce qui les rend vulnérables aux évènements naturels qui s’abattent fréquemment sur l’archipel ainsi qu’aux chocs économiques.

Les cultivateurs et cultivatrices étant fortement impliqué-e-s dans les chaines de valeur des ressources agricoles et forestières, de grandes quantités de produits dérivés, tels que les coques de noix de coco et les écorces d’arbres, sont gaspillés. La valorisation de ces produits dérivés est un élément clé de l’amélioration de la qualité de vie dans les zones rurales des Philippines.

«Pinoy Tannin» est un projet à faible technicité visant à développer une exploitation durable de ces produits agroforestiers dérivés et sous-utilisés, en les transformant en précieuses sources de production locale de tanins. Il promeut une stratégie propice à l’amélioration des moyens de subsistance dans les zones rurales des Philippines. Tout en animant à la conservation et la restauration des forêts philippines, ce projet permet de diminuer considérablement l’impact environnemental néfaste de la croissance économique, deux éléments cruciaux pour les pays en développement.

Le projet cible plusieurs objectifs de l’Agenda 2030 de l’ONU pour le développement durable:

  • 12.2: Parvenir à une gestion durable et à une utilisation rationnelle des ressources naturelles.
  • 15.2: Promouvoir la gestion durable de tous les types de forêts […] et accroitre considérablement le boisement et le reboisement au niveau mondial.
  • 8.3: Promouvoir des politiques axées sur le développement qui […] stimulent la croissance des microentreprises et des petites et moyennes entreprises.

Procédure

Les tanins sont des composés naturels largement présents dans la plupart des tissus végétaux. Ils peuvent obtenus par simple extraction à l’eau chaude. En raison de leurs propriétés chimiques, ils constituent des substituts «verts» ayant le potentiel de remplacer les composants chimiques à base de pétrole dans de nombreux secteurs industriels, tels que le tannage du cuir, les adhésifs et les conservateurs pour le bois ou le carton, l’alimentation animale, les revêtements anticorrosions ou le traitement des eaux usées.

Actuellement, tous les tanins utilisés aux Philippines (environ 1000 t/an) sont importés d’Afrique du Sud ou du Brésil, pays qui ont une longue tradition dans la production de tanins et qui sont les principaux acteurs du marché mondial dans ce secteur.

Bien que de nombreuses études aient été menées au niveau universitaire, il n’existe que peu de documentation sur des tentatives de mise en œuvre d’une chaine de valeur pour l’extraction des tanins en Asie du Sud-Est. Si la richesse en tanins des essences de bois cultivées aux Philippines est reconnue, l’accessibilité, la disponibilité et la compétitivité de ces sources, ainsi que la faisabilité technique et économique d’un processus d’extraction local ont cependant dû être prouvées.

Le projet a ainsi été planifié selon cinq axes majeurs:

  • Identification de sources de tanins appropriées aux Philippines
  • Mise au point d’un procédé d’extraction rentable et mise en place d’une usine d’extraction pilote
  • Test de l’efficacité des tanins dans les formulations d’adhésifs et de produits de préservation du bois
  • Évaluation de la disponibilité et de l’accessibilité de la biomasse et mise en place d’une plantation pilote
  • Analyse de la chaine de valeur des tanins et élaboration d’une stratégie d’entrée sur le marché

Résultat

L’analyse de plus de 30 différentes sortes de résidus de l’agroforesterie philippine a permis d’identifier six sources de tanins très prometteuses : la coque de la noix de coco et l’écorce de cinq essences indigènes très répandues.

En collaboration avec des partenaires locaux (Forest Product Resource and Development Institute, Philippine Coconut Authority, Visayas State University), l’équipe de la BFH a mis sur pied une installation d’extraction pilote à faible cout pour l’extraction des tanins au moyen de l’eau chaude.

Les tanins extraits dans l’usine se sont déjà révélés efficaces dans les formulations de colle à bois. Des échantillons de bois contreplaqué, qui ont satisfait à la plupart des normes internationales pour les applications extérieures, ont en outre été produits à l’échelle de laboratoire.

L’un des facteurs clés du projet consistait à prendre en compte les différentes facettes de la chaine de valeur des tanins, qui ne se limite pas à leur extraction et à leur utilisation, mais qui s’étend aussi à l’exploitation agricole des sources de tanins, jusqu’à la commercialisation des extraits. Des essais de germination et des tests de surveillance de la croissance d’essences riches en tanins ont été réalisés dans un champ pilote de 1,75 ha situé dans la région des Visayas.

Une collaboration avec les utilisateurs et utilisatrices locaux de tanins a par ailleurs été initiée afin de mieux adapter la production de tanins, en cours de développement, à leurs besoins. Les couts de production du tanin, établis à l’échelle pilote, ont été extrapolés à l’échelle industrielle. Cette valeur estimée a permis de définir une stratégie de mise sur le marché de ces tanins locaux.

Des ateliers ont en outre été organisés avec des représentant-e-s locaux du ministère de l’Agriculture, de l’autorité chargée du développement forestier (Forest Development Authority), du ministère du Commerce et de l’Industrie et des investisseurs d’Asie du Sud, avec le soutien de l’ambassade de Suisse à Manille.

Perspectives

À l’avenir, les équipes du projet prévoient de coopérer avec un fabricant local d’adhésifs (RI-Chem Inc.) afin de parfaire la production des tanins. L’utilisation des tanins locaux dans d’autres applications que les adhésifs pour le bois sera également étudiée.

À long terme, les résultats du projet devraient contribuer à l’utilisation durable des terres et au reboisement, ainsi qu’à la création d’emplois au sein des communautés rurales du pays.