La BFH-HAFL s’invite au potager

28.01.2021 En été 2020, Camille Minguely a emménagé dans l’antenne locale de la BFH-HAFL à l’INFORAMA Seeland à Ins. Elle y développe des procédés de culture maraichère économes en ressources dans le cadre d’un nouveau programme de recherche de la BFH-HAFL financé par la Wyss Academy for Nature.

Les légumes jouent un rôle central dans une alimentation saine et durable. La Suisse s’approvisionne principalement avec la production indigène; pendant la période de végétation, avec des légumes frais qui sont presque tous produits dans le pays, et durant la saison froide, avec les légumes de garde indigènes.

La branche maraichère suisse fait elle-même face à d’immenses défis. Les principaux sont non seulement la protection phytosanitaire, mais aussi la préservation de la fertilité des sols et la conservation de la biodiversité, ainsi que l’utilisation efficiente de l’eau. Les sols organiques sont particulièrement concernés. Les principales zones de culture – la plus grande étant le «jardin potager de la Suisse», avec près de 3700 hectares dans le Seeland – possèdent toutes une forte proportion de sols de ce type. Ces cultures libèrent du dioxyde d’azote, un gaz à effet de serre, et subissent en retour de plus en plus de sécheresses avec le changement climatique. En outre, le réchauffement favorise la multiplication ou l’émergence de problèmes, qu’ils soient mauvaises herbes, ravageurs, en particulier insectes, ou maladies, qui obligent à produire avec autant de souplesse que de rapidité de réaction.

La Wyss Academy for Nature finance un programme de recherche de la BFH-HAFL

Le programme de recherche «Gestion durable des eaux et du sol dans la région des Trois-Lacs», conduit par Andreas Keiser et Bernhard Streit de la BFH-HAFL, est financé par la Wyss Academy for Nature. Les travaux de recherche des quatre prochaines années seront menés en étroite collaboration avec le Centre national de compétences en culture maraichère actuellement développé à Ins et le Forum Recherches Légumes (FRL).

Créer des synergies

«Si l’on veut une production maraichère durable en Suisse à moyen et long terme, il faut aborder les défis rapidement et avec efficience et allier la recherche, la formation et la pratique», voilà la conviction de Peter Spring, responsable du domaine Agronomie à la BFH-HAFL. C’est la raison pour laquelle la BFH-HAFL possède une annexe à l’INFORAMA du Seeland à Ins depuis l’été 2020. Les deux institutions soulignent ainsi leur longue coopération en matière de cultures. Un programme de recherche quadriennal leur permettra de développer un procédé de culture maraichère. Ces activités vont très bientôt être élargies avec le projet d’Agroscope «Station d’essai décentralisée de culture maraichère à Ins».

Innover tout au long de la chaine de création de valeur

L’exploitation des synergies est aussi un thème majeur au sein de la BFH-HAFL. Ainsi, les scientifiques du domaine  Food Science and Management suivent différents projets de culture maraichère et de valorisation des sous-produits de la production alimentaire végétale. Il s’agit notamment, en étroite collaboration avec Agroscope Liebefeld et l’Université de Fribourg, de faire de la recherche sur les cultures de protection microbienne contre les bactéries responsables de la pourriture des légumes ou des fruits avant et après la récolte

(Ce texte a été publié pour la première fois dans le magazine infoHAFL 02/2020 du BFH-HAFL.)

En savoir plus

Domaine: Agronomie
Rubrique: Recherche, Recherche