Profil + Valeurs

Nous sommes actifs dans l’enseignement et la recherche en sciences agronomiques, forestières et alimentaires. Nous préparons nos étudiant-e-s de bachelor et de master à leur avenir professionnel de spécialistes et de cadres compétents et orientés vers les solutions.

Avec notre recherche appliquée, nous développons des solutions pour les problèmes actuels et les défis de demain. Nous fournissons des prestations sur mesure en Suisse et dans le monde entier, et nous proposons des formations continues qui allient découvertes scientifiques et savoir pratique.

Nous adoptons dans toutes nos activités une approche globale, scientifique, variée et innovante.

Nous avons une organisation principalement verticale et structurée en cinq divisions: «Agronomie», «Sciences forestières», «Food Science & Management», «Master» et «Disciplines transversales». Les deux secteurs «Enseignement» et «Recherche, prestations et formation continue» assurent la coordination transversale de ces divisions.

Sous la supervision de la directrice, la Direction de département défend les intérêts du département dans son ensemble.

Membres

Conseil consultatif de la division Food Science & Management

Nom Fonction

Blumer Christina

Responsable Gestion de la recherche OSAV

Conde-Petit Béatrice

Responsable Food Safety, Bühler AG; membre du conseil d’administration de HACO Holding AG

Escher Felix

Prof. émérite.

Furrer Urs Co-Gérant fial

Hofer Otmar

CEO Bina AG

Jehli Christian

COO Nestlé Super Premium

Künzler Thomas

Conseil d’administration Boost Group AG, responsable des Épiceries Caritas

Wahlen Hans-Martin

CEO Kambly SA

Walther Barbara

Responsable du groupe Alimentation humaine, analyse sensorielle et arômes, Agroscope

 

Conseil consultatif de la division Sciences forestières

Nom Fonction

Brunner Markus

Directeur ForêtSuisse

Hefti Reto

Chef de service/Inspecteur cantonal des forêts, canton des Grisons

Kocher Alan

Directeur du centre forestier de formation Lyss

Locatelli Gloria

Ingénieure forestière d’arrondissement, canton de Neuchâtel

Métraux Jean-François

Inspecteur cantonal Canton de Vaud

Morier Alain

Responsable section Forêt (inspection cantonale des forêts), canton d’Argovie

Prof. Dr. Rigling Andreas

Membre du conseil de direction du WSL, chef de l’unité de recherche DYNAMIQUE FORESTIÈRE

Rosset Jean

Président de la Société forestière suisse

Prof. Dr. Seeling Ute

Direction générale du KWF

 

L'histoire de la HAFL: du « Tech » à la HAFL
 

  • À partir de 1959, des ingénieurs font campagne pour la création d’un technicum agricole. Ce dernier est censé permettre aux jeunes fils de paysans ambitieux d’effectuer une formation d’agro-technicien. L’idée plait aux directeurs cantonaux de l’agriculture. La Confédération et les cantons, eux aussi, adhèrent rapidement au projet. Et bientôt, la décision est prise : la nouvelle école s’implante à Zollikofen. Non pas en raison de la vue magnifique sur l’Eiger, le Mönch et la Jungfrau, mais pour sa situation à proximité de la frontière linguistique et des écoles d’agriculture.
  • Début juillet 1967, les premiers collaborateurs du Technicum agricole suisse (TAS) s’installent dans les locaux neufs de l’école. Le campus, une construction novatrice à l’époque, est l’œuvre de l’architecte bernois Eduard Helfer.
  • Le 13 septembre 1967 a lieu la cérémonie d’inauguration de la nouvelle école, qu’on appelle le « Tech ». Début octobre, les 75 premiers étudiants commencent leur formation. Il n’y a encore aucune femme parmi les étudiants et les professeurs. Le TAS est chapeauté par les cantons et la Principauté de Liechtenstein.
  • Le premier directeur du TAS, Fritz König, explique à la radio l’objectif professionnel de la nouvelle formation : «Les futurs agro-techniciens seront des cadres dans le monde agricole.» Mais, ajoute-t-il, «ce ne seront pas des scientifiques.»
  • Dès ses débuts, le «Tech» offre plus que des études : un an à peine après son inauguration, l’école commence à se faire connaître en tant que lieu de rencontres internationales et scientifiques, dans un premier temps en accueillant le congrès du Centre international d’études agricoles (CIEA).
  • Pendant les dix premières années du TAS, les études d’agro-technicien durent deux ans. La formation est très axée sur la pratique.
  • En 1976, la formation passe de quatre à six semestres. Les diplômé-e-s portent à présent le titre d’«ingénieur ETS». Durant la première année, ils apprennent les matières de base. Parmi elles la sociologie, la psychologie, la dactylographie, les langues…
  • En 1992, le TAS fête ses 25 ans. Les célébrations officielles ont lieu à Fribourg, et une grande fête d’été est organisée dans une tente sur le campus. C’est aussi cette année-là que le TAS change de nom. En référence aux écoles d’ingénieurs du secteur industriel et artisanal, il s’appelle dorénavant École suisse d’ingénieurs en agriculture (ESIA). Car, selon le Conseil de concordat : «Il nous parait important, d’éviter ici aussi que l’agriculture fasse l’objet d’un traitement spécial.»
  • En 1993 est créé le cursus Agriculture internationale. Les nouveaux étudiant-e-s effectuent à la fin de leur formation un stage au Bhoutan, en Inde, au Cameroun, au Mali, en Équateur… Cette nouvelle orientation conduit aussi à la construction d’une serre tropicale et à l’agrandissement des bâtiments existants.
  • La nouvelle appellation ESIA est de courte durée. L’école change déjà de nom en 1998 : elle s’appelle désormais la Haute école suisse d’agronomie (HESA) et elle est reconnue comme HES. Sur le plan organisationnel, elle est rattachée à la Haute école spécialisée bernoise, dont elle adopte aussi l’identité visuelle.
  • En 2003, les fils – et entretemps aussi les filles – de paysans ne sont plus seuls pour organiser leurs fêtes légendaires. La filière foresterie arrive à la HESA. Elle commence avec seulement un professeur et dix étudiants, mais évolue rapidement en un domaine d’une grande densité thématique et à la pointe de la recherche. En 2004, l’économie laitière se sépare des études d’agronomie pour former une filière à part entière : «Technologie alimentaire en économie laitière».
  • À peine quatre ans plus tard, la HESA réforme complètement les études de « Technologie alimentaire en économie laitière ». Elles s’appelleront Food Science & Management à partir de 2007. Le nom correspond au programme : cette filière d’études transmet une large palette de connaissances sur l’ensemble de la chaîne de production agroalimentaire – jusqu’à la mise en rayon. En peu de temps, elle passe de dix étudiants inscrits par année d’études à plus de 50. L’agronomie, elle aussi, doit adapter son cursus, en raison de l’augmentation du nombre d’exploitations possédant des chevaux : elle introduit l’orientation Sciences équines.
  • La HESA continue de croître. En 2009, la filière Master in Life Sciences avec orientation en sciences agronomiques et forestières voit le jour. Auparavant, par manque de place, une partie des collaborateurs avaient déjà dû déménager dans des bureaux loués. En 2010, les excavatrices creusent les fondations d’une grande extension du bâtiment.  
  • L’abrogation du concordat régissant l’école et l’intégration complète à la BFH, décidées en 2009, prennent effet le 1er janvier 2012. Dès lors, l’école s’appelle la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires HAFL. En automne 2012, le nouveau bâtiment est inauguré.
  • En 2014, la division Food Science & Management met en service une halle technologique, qui permet d’effectuer toutes les opérations de base de technologie alimentaire. À peine un an plus tard, la nouvelle orientation du Master in Life Sciences « Food, Nutrition and Health » accueille sa première promotion.
  • En 2017 la HAFL a fêté un nouveau jubilé. Avec 50 événements pour 50 ans.

Haute école spécialisée bernoise
Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires HAFL
Länggasse 85
3052 Zollikofen
T +41 31 910 21 11
E office.hafl@bfh.ch